Enseigner l’Histoire-Géographie et l’EMC après le drame de Conflans

Tribune libre publiée dans le numéro 452 d’Historiens & Géographes
lundi 4 janvier 2021
par  Franck SCHWAB
popularité : 34%

Pour que les raisons profondes qui sont à l’origine d’un tel drame puissent sinon disparaître, car l’éducation ne peut pas tout, mais à tout le moins s’atténuer, quatre nécessités, de mon point de vue, s’imposent à nous.

La première est de montrer à chaque fois que possible à nos élèves que les religions monothéistes ont une histoire et qu’elles ont été traversées, dès leur origine, par des courants concurrents. Car une fois que les croyants ont reconnu tel livre sacré comme exprimant la parole de Dieu, comment doivent-ils comprendre celle-ci ? Quelle tradition doivent-ils suivre ?
C’est là où commencent les conflits intra-religieux, mais c’est là aussi et surtout où commence pour les futurs citoyens que sont nos élèves la distanciation avec le discours des uns et des autres.
Or, sur un plan pédagogique, cette distanciation est le meilleur rempart contre le fanatisme du terroriste qui vit, à l’inverse, dans une "immédiateté"" faite très souvent d’ignorance et d’inculture.

D’autre part, faire reconnaître par les élèves l’existence de différentes traditions religieuses permet aussi au professeur d’Education Morale et Civique d’isoler l’ennemi à combattre, car s’il se doit de respecter toutes les croyances et toutes les traditions selon le principe qui veut que la liberté de chacun commence là où s’arrête celle des autres (article 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen), il ne peut accepter qu’une croyance ou une tradition cherche à s’imposer par la violence. En d’autres termes, oui au respect des grandes religions juive, chrétienne et musulmane (comme au respect égal de la libre pensée) ; oui aussi, au nom de la liberté individuelle, au respect de leurs courants antimodernistes : le judaïsme orthodoxe, l’intégrisme chrétien et l’islamisme.
Mais haro sur l’islamisme politique qui est à l’origine du drame de Conflans et dont la stratégie fondée sur la terreur vise à imposer à notre société une anti-modernité faisant table rase de toutes nos libertés.

La deuxième nécessité est d’utiliser chaque fois que possible des caricatures dans nos cours d’histoire pour montrer qu’elles ont toujours existé, qu’elles ne sont pas toutes méchantes, et qu’elles n’ont pas toutes été spécialement inventées par un journal qui s’appelle Charlie Hebdo pour s’en prendre systématiquement à la religion musulmane.

En 1791, une caricature d’une grande violence montre ainsi le roi et sa famille, au retour de Varennes, représentés en cochons dans une charette avec, pour légende : "La famille des cochons ramenée dans l’étable". Même chose pour les caricatures antisémites des années Trente. Même chose aussi pour les caricatures anticatholiques des XIXème et XXème siècles qui sont innombrables.
Leur utilisation dans le cours d’histoire permet a contrario de relativiser la portée des fameuses "caricatures de Mahomet" en montrant que la production de caricatures appartient à une tradition historique fondée sur la liberté d’expression et que, comme toute liberté, elle a ses limites fixées par la loi (article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen). Mais la loi condamne aujourd’hui les atteintes aux personnes, elle ne condamne pas les atteintes aux croyances.

Surtout, l’utilisation de nombreuses caricatures en cours permet à l’élève de prendre intellectuellement ses distances avec elles. Car le professeur ne les montre pas pour les justifier en demandant aux élèves d’adhérer au discours qu’elles tiennent. Il les montre pour les expliquer en donnant des réponses aux questions classiques : Par qui et dans quel contexte la caricature a-t-elle été produite ? Quel message cherche-t-elle à faire passer ? Comment s’y prend-t-elle pour y parvenir ? Ce faisant, il désamorce un bonne partie de la charge contenue dans le dessin et il permet à l’élève de relativiser le message qu’elle contient.

Si on sait quel journal est Charlie Hebdo, d’où il vient et à quelle tradition politique il appartient, la portée de ses dessins devient forcément beaucoup moins forte. Mais encore faut-il que le professeur puisse faire ce travail d’analyse en classe sans crainte d’être assassiné !

Cela nous conduit à la troisième nécessité qui est, dans le cadre du cours d’Education Morale et Civique, d’éduquer plus que jamais les élèves à l’usage des réseaux sociaux. Le drame de Conflans ne se serait jamais produit si notre collègue n’avait pas d’abord été jeté en pature à la bêtise humaine sur ces réseaux.

Toutes les formes de harcèlement passent aujourd’hui par ce biais, avec les conséquences souvent terribles que l’on connaît : harcèlement des élèves un peu "différents" ou sans facultés de défense par d’autres élèves au sein du collège ou du lycée ; harcèlement des adultes par d’autres adultes pour toutes les raisons de la terre, même très bonnes. C’est insupportable et il faut désormais que, dans notre métier en tout cas, nous soyons protégés de ce poison.

La quatrième et dernière nécessité, pour certains de nos collègues qui participent à l’écriture des manuels, consiste à faire preuve d’un peu plus de responsabilité éducative dans la mise "en intrigue" des événements historiques qu’ils présentent, surtout lorsque le sujet est particulièrement "sensible".

L’un des nouveaux manuels de la spécialité "Histoire, Géographie, Géopolitique, Sciences Politiques" pour la classe de Terminale, légitime ainsi - involontairement, on l’espère - le combat de Daech auprès des élèves en ouvrant les pages de son axe 1 du thème 2 ("La dimension politique de la guerre des conflits interétatiques aux enjeux transnationaux") par une superbe photo de propagande de l’organisation ("lieu et source indéterminés (sic)") montrant des combattants cagoulés tirant à la Kalachnikov dans le désert. La photo est accompagnée par cette citation de Clausewitz : "La guerre est un acte de violence à laquelle il n’existe pas de limites". Quelques pages plus loin, l’étude de cas consacrée à Daech se termine par un exercice utilisant une nouvelle citation du penseur militaire prussien : "Montrez que les revers de Daech à partir de 2015 illustrent le propos de Clausewitz "L’issue d’une guerre toute entière ne peut jamais être conçue comme un absolu ; souvent l’Etat vaincu y voit plutôt un mal temporaire, auquel les circonstances politiques de l’avenir pourront remédier." Djihadistes en herbe, ne perdez pas espoir ! Est-ce sérieux ? Et surtout, est-ce responsable ? Qu’en penses-tu, Samuel ?


Documents joints

PDF - 59 ko

Commentaires

Agenda

<<

2020

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123